Notre échevine de la solidarité internationale envisage le jumelage entre notre ville et celle de Bethléem plus que comme une simple plaque posée sur un bâtiment ou conservée dans un bureau. Elle souhaite que ce jumelage soit à l’origine de véritables liens entre les deux villes. Des liens de fraternité, de bienveillance, de convivialité et de solidarité. C’est pourquoi, la Ville mais aussi d’autres organisations, ont décidé de montrer leur soutien au peuple palestinien dans le contexte actuel de menaces d’annexion par le gouvernement israélien de territoires palestiniens. Un soutien qui se marque par les drapeaux palestiniens qui ont fleuri sur plusieurs bâtiments communaux et d’organisations. Une action temporaire qui s’ajoute aux projets de solidarité développée par la Ville avec la Bethlehem Arab Society for Rehabilitation qui vise l’insertion des personnes handicapées dans la société palestinienne. Vous en apprendrez davantage via ce communiqué de presse. Et si vous avez des questions, le cabinet de notre échevine vous répondra volontiers !

La Ville de Tournai, la Province de Hainaut et l’Association Belgo-Palestinienne de Wallonie picarde s’unissent pour soutenir la population de Bethléem et de Palestine

Depuis 2012, la Ville de Tournai est jumelée à celle de Bethléem en Palestine. Ce jumelage s’est traduit par divers projets de solidarité internationale menés grâce à un co-financement de Wallonie-Bruxelles International. De son côté, la Province de Hainaut a également signé en 2012 un protocole de collaboration avec le Gouvernorat de Bethléem. L’accord Province-Gouvernorat a été reconduit en mars 2017 lors de la mission d’une délégation de la Province de Hainaut en Palestine. Elle réalise de nombreuses actions concrètes pour la population de cette région palestinienne, connue dans le monde entier.

Ce double engagement auprès de la Ville et du Gouvernorat de Bethléem est un acte fort démontrant notre volonté de soutenir le peuple palestinien dans son droit à vivre dignement et en sécurité mais aussi à jouir de ses libertés fondamentales au sein d’un état souverain.

Malheureusement, la situation actuelle est loin de lui octroyer ces droits. De fait, ce 1er juillet 2020, le Premier Ministre israélien Benyamin Netanyahou, avec le feu vert des États-Unis et se basant sur le plan de « paix » du Président Trump, prévoyait de démarrer le processus d’annexion d’une partie de la Cisjordanie : la vallée du Jourdain, et toutes les colonies illégales se trouvant en Cisjordanie occupée. Sur ces territoires, les Palestiniens vivent sous occupation militaire depuis 1967. Le plan de « paix » ne laisse aux Palestiniens que quelques terres constituant un « État » palestinien morcelé et démilitarisé ; autrement dit soumis à la volonté israélienne.

Source : https://blogs.mediapart.fr/le-cri-des-peuples/blog/290120/l-accord-de-la-honte-ce-que-contient-le-plan-de-paix-de-trump

A l’heure actuelle, ce plan n’a pas été mis en œuvre, mais le gouvernement israélien n’a pas renoncé à ce projet. Dans la nuit du jeudi 25 juin au vendredi 26 juin 2020, la Chambre des Représentants de Belgique a d’ailleurs adopté une résolution qui demande au gouvernement de préparer une liste de  » contre-mesures «  en cas d’annexion par Israël d’une partie des territoires palestiniens. Une autre résolution demandant que la Belgique reconnaisse de l’État de Palestine a en revanche été renvoyée en commission, après le dépôt d’amendements de dernière minute.

La Ville de Tournai, alertée par un courrier du Maire de Bethléem, ne peut rester indifférente à cette situation. C’est pourquoi, conjointement à l’Association Belgo-palestiniennes et à la Province de Hainaut, plusieurs actions sont mises en place dès aujourd’hui. Ainsi, diverses communes de Wallonie Picarde ont été sollicitées afin qu’elles hissent, comme la Province et la Ville de Tournai, le drapeau palestinien sur l’Hôtel de Ville et sur d’autres bâtiments publics entre le 13 et le 20 juillet. Depuis ce lundi, le drapeau flotte sur l’Hôtel de Ville et la Halle aux Draps de Tournai, sur le centre administratif Delta de la Province à Mons, sur l’Hôtel de Ville d’Ath.

L’Association Belgo-Palestinienne de Wallonie picarde a sensibilisé d’autres acteurs de la région afin qu’ils soutiennent symboliquement le combat de la population de Bethléem et de Palestine. Le Mouvement Ouvrier Chrétien, la CSC de Mouscron, Tournai et Ath, les JOC (qui viennent de louer un local dans le piétonnier à Tournai) sont de la partie tout comme les mouvements d’éducation permanente Présence et Actions Culturelles (PAC), actif dans de nombreuses entités de Wallonie picarde, et le Centre d’Information et d’Education Populaire (CIEP) de Wallonie picarde. L’Echevine enghiennoise Nathalie Vast arbore le drapeau à titre personnel dans la cité des Titjes. RQC à Mouscron a rejoint le mouvement, tout comme les maisons de jeunes La Ruche à Mouscron, Masure 14 et Port’Ouverte à Tournai. Les mutuelles chrétienne et socialiste de la Wallonie picarde affichent également dans leurs diverses agences, de Mouscron à Ath en passant par Tournai et Mons.

Un travail de sensibilisation des citoyen.ne.s est prévu via la diffusion sur les médias de la Ville de Tournai de la lettre du Maire de Bethléem, d’explications sur les projets tournaisiens et provinciaux à Bethléem (comme par exemple, le partenariat Ville de Tournai-Bethléhem-Arab society-for-rehabilitation pour la favorisation d’une meilleure intégration de la personne handicapée dans la société palestinienne). A plus long terme, diverses actions de soutien et de sensibilisation sont prévues dans le dernier tiers de 2020 et en 2021.

Par ces actions, la Ville de Tournai et la Province de Hainaut, assistées par l’Association Belgo-Palestinienne de Wallonie picarde, souhaitent réaffirmer leurs engagements auprès de leurs partenaires de Bethléem ainsi que leur soutien à l’ensemble du peuple palestinien. Pour qu’aujourd’hui et demain, les Palestinien.ne.s puissent jouir de leurs droits et libertés.

Share This